Joël BERNAT : « « Je est barbare », et notre inconsolable besoin de barbarie »

Exposé au Colloque du Cergil (Centre d’études germaniques interculturelles de Lorraine),les 23-24 mars 2006, à Nancy. Publié in : Le Barbare. Images phobiques et réflexions sur l’altérité dans la culture européenne, Berne, Peter Lang, 2008.

Résumé : D’aussi loin que des traces écrites en témoignent, le barbare existe comme symétrique du civilisé, en une sorte de couple où le civilisé a besoin du barbare. Mais, si l’on y réfléchit plus avant, ce besoin énonce que le civilisé réclame un lieu, un topos, où projeter ce qu’il ne veut voir en lui-même. Ainsi, chacun à son barbare et sa barbarie à sa propre image, et ainsi, la barbarie est éternelle, voire une nécessité de civilisation.

Ce contenu a été publié dans Individu, sujet, identité, institution, masse, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Joël BERNAT : « « Je est barbare », et notre inconsolable besoin de barbarie »

  1. bouquet marie josé dit :

    En cette période de votation…Nous sont suisses …
    Merci pour cet article, bien peu civilisé et bien intéressant .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>