Ruth Mack Brunswick : « L’analyse d’un délire de jalousie » (1928) 1ère partie

Freud avait insisté pour qu’un cas de paranoïa féminine soit trouvé. Le voici. De plus, ce texte introduit la notion de pré-œdipe que Freud reprendra en 1931 dans son article « Sur la sexualité féminine », où lui aussi évoque le cas de cette jeune patiente. Il y reconnaît, comme fondement de la paranoïa « l’intense fixation de la petite fille à sa mère, lien exclusif et prolongé dans lequel le père n’intervient même pas à titre de rival dans l’amour de la mère ».

Ce contenu a été publié dans Questions cliniques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>