Hans-Pascal Blanchard : « Pourquoi croyons-nous aux fictions ? »

La fiction annonce d’emblée qu’elle est faite et qu’elle est feinte : fabriquée de toutes pièces pour concurrencer une réalité qu’elle prétend imiter, pour laquelle elle se fait passer mais avec une telle évidence du procédé, qu’on ne peut, semble-t-il, être dupe.

Ce contenu a été publié dans Individu, sujet, identité, institution, masse, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>