Roseline Bonnellier : « Est-ce que, demain, il y aura encore des psychanalystes ? ou Le peuple des laïcs »

Argument : À trop mettre l’accent sur « la clinique » dans l’usage thérapeutique fait de sa méthode, aux dépens de « la théorie », la psychanalyse ne reste-t-elle pas dépendante de « la sphère des intérêts médicaux » (Freud, La question de l’analyse profane [la Laienanalyse = « l’analyse pratiquée par des laïcs »]), et ce également à des fins défensives de reconnaissance sociale de sa « pratique » ? Les psychanalystes, en s’autorisant d’une « pratique » institutionnelle exclusivement clinique de leur « science », ne reconstituent-ils pas une sorte de « clergé » vis-à-vis du peuple des « laïcs » que sont d’abord les patients, et que sont, par extension du sens que Freud prête au mot « laïc », les « pratiquants » chercheurs et personnes « honnêtement » éclairées dans la discipline « psychanalyse » ou simplement intéressées par la science de Freud d’une manière « impartiale » ?

Roseline Bonnellier est germaniste et docteur en psychologie (option psychanalyse). Elle est, depuis 2008, membre de l’A.I.H.P. devenue en 2011 l’Association Internationale Interactions de la Psychanalyse (A2IP).

Ce contenu a été publié dans Sur la psychanalyse et le psychanalyste, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box