Roseline Bonnellier : « Est-ce que, demain, il y aura encore des psychanalystes ? ou Le peuple des laïcs »

Argument : À trop mettre l’accent sur « la clinique » dans l’usage thérapeutique fait de sa méthode, aux dépens de « la théorie », la psychanalyse ne reste-t-elle pas dépendante de « la sphère des intérêts médicaux » (Freud, La question de l’analyse profane [la Laienanalyse = « l’analyse pratiquée par des laïcs »]), et ce également à des fins défensives de reconnaissance sociale de sa « pratique » ? Les psychanalystes, en s’autorisant d’une « pratique » institutionnelle exclusivement clinique de leur « science », ne reconstituent-ils pas une sorte de « clergé » vis-à-vis du peuple des « laïcs » que sont d’abord les patients, et que sont, par extension du sens que Freud prête au mot « laïc », les « pratiquants » chercheurs et personnes « honnêtement » éclairées dans la discipline « psychanalyse » ou simplement intéressées par la science de Freud d’une manière « impartiale » ?

Roseline Bonnellier est germaniste et docteur en psychologie (option psychanalyse). Elle est, depuis 2008, membre de l’A.I.H.P. devenue en 2011 l’Association Internationale Interactions de la Psychanalyse (A2IP).

Ce contenu a été publié dans Sur la psychanalyse et le psychanalyste, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>