Guillemette Balsan : « Temps et mélancolie. Après coup, l’adolescence »

Préfacé par Bernard Golse, Collection « Études Psychanalytiques », ISBN : 978-2-343-13056-9, 30,00 € • 294 pages

TEMPS ET MÉLANCOLIE – Après coup, l'adolescence, Guillemette Balsan – livre, ebook, epub

En 1933, le psychiatre Eugène Minkowski rapporte les plaintes d’un jeune adulte dans son œuvre « Le Temps vécu », qui introduit en France la première description phénoménologique de la dépression. À partir de cette étude clinique centrée sur la stagnation du temps vécu, les rapports du temps à la mélancolie sont interrogés dans une perspective psychanalytique, afin de déterminer un levier thérapeutique et quelques « bienfaits » à la dépression en allant à la rencontre du sujet mélancolique.

« À une époque où la psychiatrie tend à se cliver entre un pôle médico-social et un pôle neuroscientifique, ce texte vient à point nommé nous rappeler que le soin psychique est indissociable d’un effort de mise en sens du ressenti et de la souffrance des patients sans lequel la psychiatrie risque de n’être plus jamais ce qu’elle se doit d’être, à savoir une rencontre singulière avec un patient qui a été un bébé, un enfant et un adolescent et qui, à chaque étape de sa vie, dans un après-coup permanent, demeure en mesure de transformer et de remanier le rapport qu’il entretient avec sa propre histoire. » (Pr Bernard Golse, pédopsychiatre-psychanalyste, chef du service de pédopsychiatrie de l’Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris).

Guillemette Balsan est pédopsychiatre. Elle exerce la médecine à Paris au sein du département de psychiatrie de l’adolescent et du département mère-enfant de l’Institut Mutualiste Montsouris.

Table des Matières

Bernard Golse, Préface : Les racines précoces du vécu de la temporalité

Liminaire

Introduction

Première partie : Temps et Mélancolie

Chapitre : La maladie de la vie humaine

  1. La mélancolie, prototype de la «chronopathie»
  2. La mélancolie au fil du temps: une histoire de la sensibilité de lhomme contemporain

Chapitre II : La stagnation du temps vécu au fondement de la clinique phénoménologique de la mélancolie

Introduction à la psychiatrie phénoménologique

  1. La phénoménologie de la mélancolie: une présentation historique
  2. Binswanger en «chemin vers Freud» : une rencontre manquée avec la psychanalyse ?

Chapitre III : Lapproche psychanalytique de la mélancolie : « ce temps (cet inconscient) qui ne passe pas »

  1. Genèse de la mélancolie comme modèle métapsychologique. Freud, Abraham, Ferenczi
  2. Le devenir de la question du deuil, de lobjet et de sa perte constituant le sujet, dans le prolongement de lécole dite dAbraham
  3. Les «trous noirs» de la dépression : le vide, labsence, le négatif
  4. Temps suspendu (intemporel) ou hors temps (atemporel) de la dépression?
  5. deuxième partie : lespace du corps dans le temps de labsence

Chapitre IV : Statique mélancolique et dynamique thérapeutique : comment réanimer le « vivant gelé » ?

  1. Lespace du corps dans le temps de labsence. Penser les relations entre temps, espace et corps. Quid du mouvement, de la mobilité, ou plasticité psychique?.

Le corps vécu des phénoménologues.

  1. Les «thérapeutiques de choc» : action thymoanaleptique des traitements somatiques
  2. Eloge de la psychothérapie: Pierre Fédida (1934-2002).
  3. Espace potentiel, jeu et créativité
  4. Du récit, de la narrativité, de lécriture de soi comme mise en récit de labsence
  5. Art et poétique. Des sens au sens: mouvance de linforme.

Troisième partie : après coup, l’adolescence

Chapitre V : Les mues (émois) du corps pubertaire à la saillie du temps

  1. La référence au travail de deuil: la fin d’un paradigme?
  2. Modèles de compréhension des processus psychiques à l’adolescence: continuité et rupture entre le temps de l’enfance et l’âge adulte
  3. Dépressivités et dépressions à l’adolescence.
  4. Passions d’adolescence : rencontres avec Théo, Alma, et Gary
  5. Introduction à l’art thérapie: le chemin de la forme, pour une psychiatrie de l’ellipse
  6. La clinique adolescente: clinique de l’espace et travail de temporalisation, le corps agi(t)

Conclusion : penser une métapsychologie des temps dépressifs

La latence de l’acte

Du nécessaire état d’inachèvement, condition d’un possible mouvement, condition du vivant

Epilogue

Bibliographie

 

Ce contenu a été publié dans Publications, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.