FREUD : Préface à la seconde édition allemande de H. BERNHEIM : « De la Suggestion.. » (1896)

 

La première édition de ce livre en langue allemande était accompagnée d’une préface du traducteur, qu’il est devenu inutile de réimprimer aujourd’hui. La conjoncture scientifique dans laquelle tombait à l’époque la parution de la traduction de la  » Suggestion » de Bernheim se trouve aujourd’hui fondamentalement modifiée ; les doutes concernant la réalité des phénomènes hypnotiques se sont tus ; le mépris que tout neuropathologue qui considérait cet ensemble de phénomènes comme important et digne d’efforts sérieux pouvait être certain de rencontrer a cessé. Ce n’est précisément pas le moindre mérite de ce livre que d’avoir contribué à cette transformation en défendant avec brio, conviction et énergie la cause de l’hypnotisme scientifique.

Quand le besoin se fit sentir de rendre à nouveau accessible aux lecteurs allemands cet ouvrage fondamental du médecin de Nancy, les éditeurs prirent la décision, en accord avec l’auteur, de l’amputer des chapitres qui ne contenaient que des observations cliniques. Ils ne pouvaient pas se dissimuler que le point fort de l’ouvrage de Bernheim ne résidait pas précisément dans ces pages-là. Le Dr M. Kahane eut alors la bonté d’épargner au signataire le travail de révision de la nouvelle publication et d’harmoniser le texte de celle-ci avec la deuxième édition française.

Le traducteur aimerait juste réitérer une remarque faite dans la préface de la première édition et à laquelle il tient toujours autant. Il déplore l’absence complète, dans l’exposé de Bernheim, de l’idée selon laquelle la  » suggestion » (ou plutôt : la réussite de la suggestion, sa réalisation) est un phénomène psychique pathologique, dont l’accomplissement nécessite des conditions particulières. Cette conception ne doit se laisser troubler ni par la fréquence et la facilité de la suggestion, ni par son rôle important dans la vie quotidienne. La constatation effective de ces derniers points prend chez Bernheim une si large place qu’il en néglige de poser le problème psychologique, à savoir quand et comment les modalités normales d’influence psychique entre les hommes sont susceptibles d’être remplacées par la suggestion. Et tandis qu’il explique tous les phénomènes de l’hypnotisme par la suggestion, la suggestion elle-même reste totalement inexpliquée, tout en se voilant de l’apparence de ne nécessiter aucune explication. Cette lacune a bien été perçue par ces chercheurs qui, à la suite de Forel, se sont efforcés d’élaborer une théorie psychologique de la suggestion.

 

Vienne, juin 1896.

Ce contenu a été publié dans Bibliothèque, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box