VOLTAIRE : De l’horrible danger de la lecture (1765)

« Fanatiques papistes et fanatiques calvinistes  sont tous pétris de la même merde détrempée de sang corrompu. » Voltaire, « Lettre à d’Alembert » (12/11/1757)

Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box