VOLTAIRE : De l’horrible danger de la lecture (1765)

« Fanatiques papistes et fanatiques calvinistes  sont tous pétris de la même merde détrempée de sang corrompu. » Voltaire, « Lettre à d’Alembert » (12/11/1757)

Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.