Bernat de Ventadorn et l’invention de l’amour

~ 1125, Ventadour, Corrèze ~1200, Abbaye de Dalon, Dordogne. Un des plus célèbres troubadours qui inventèrent le sentiment amoureux moderne, bien différent de la caritas augustinienne. Cet amour dit courtois se transmet avec et dans notre culture et répète l’éveil des sentiments amoureux, par exemple à l’adolescence.

Bernard de Ventadour : « Quand vois l’alouette mouvoir »

Quand vois l’alouette mouvoir

De joie ses ailes face au soleil,

Que s’oublie et se laisse choir

Par la douceur qu’au cœur lui va,

Las ! si grand envie me vient

De tous ceux dont je vois la joie,

Et c’est merveille qu’à l’instant

Le cœur de désir ne me fonde.

 

Hélas ! tant en croyais savoir

En amour, et si peu en sais.

Car j’aime sans y rien pouvoir

Celle dont jamais rien n’aurai.

Elle a tout mon cœur, et m’a tout,

Et moi-même, et le monde entier,

Et ces vols ne m’ont rien laissé

Que désir et cœur assoiffé.

 

Or ne sais plus me gouverner

Et ne puis plus m’appartenir

Car ne me laisse en ses yeux voir

En ce miroir qui tant me plaît.

Miroir, pour m’être miré en toi,

Suis mort à force de soupirs,

Et perdu comme perdu s’est

Le beau Narcisse en la fontaine.

 

Des dames, je me désespère ;

Jamais plus ne m’y fierai,

Autant d’elles j’avais d’estime

Autant je les mépriserai.

Pas une ne vient me secourir

Près de celle qui me détruit,

Car bien sais que sont toutes ainsi.

 

 

Avec moi elle agit en femme

Ma dame, c’est ce que lui reproche,

Ne veut ce que vouloir devrait

Et ce qu’on lui défend, le fait.

Tombé suis en male merci

Car ai fait le fou sur le pont

Et si cela m’est advenu

C’est qu’ai voulu monter trop haut…

 

Merci est bien perdue en vérité

et moi, jamais je ne l’avais su

car celle qui devrait en avoir le plus

n’en a pas du tout, et où irais-je donc la chercher ?

Ah ! comme i! y paraît peu, quand on la voit

qu’elle laisse mourir sans secours

ce pauvre malheureux plein de désir

qui sans elle n’aura jamais le bonheur.

 

Et puisqu’auprès d’elle ne valent

Prière, merci ni droit que j’ai,

Puisque ne lui vient à plaisir

Que l’aime, plus ne lui dirai ;

Aussi je pars d’elle et d’amour ;

Ma mort elle veut, et je meurs,

Et m’en vais car ne me retient,

Dolent, en exil, ne sais où.

 

Tristan, plus rien n’aurez de moi,

Je m’en vais, dolent, ne sais où ;

De chanter cesse et me retire,

De joie et d’amour me dérobe.

 

Trad Léon Clédat, 1851-1930 (hormis la strophe en italiques)

 

 

Bernat de Ventadorn : Can vei la lauzeta mover (texte original en occitan)

Can vei la lauzeta mover

De joi sas alas contral rai,

Que s’oblid’ e.s laissa chazer

Per la doussor c’al cor li vai,

Ai tan grans enveya m’en ve

De cui qu’eu veya jauzion,

Meravilhas ai, car desse

Lo cor de dezirer no.m fon.

 

Ai, las tan cuidava saber

D’amor, e tan petit en sai,

Car eu d’amar no.m posc tener

Celeis don ja pro non aurai.

Tout m’a mo cor, e tout m’a me,

E se mezeis e tot lo mon!

E can se.m tolc, no.m laisset re

Mas dezirer e cor volon .

 

Anc non agui de me poder

Ni no fui meus de l’or’ en sai

Que.m laisset en sos olhs vezer

En un miralh que mout me plai.

Miralhs, pus me mirei en te,

M’an mort li sospir de preon,

C’aissi.m perdei com perdet se

Lo bels Narcisus en la fon.

 

De las domnas me dezesper!

Ja mais en lor no.m fiarai!

C’aissi com las solh chaptener,

Enaissi las deschaptenrai.

Pois vei c’una pro no m’en te

Vas leis que.m destrui e.m cofon,

Totas las dopt’ e las mescre,

Car be sai c’atretals se son.

 

D’aisso’s fa be femna parer

Ma domna, per qu’e.lh o retrai ,

Car no vol so c’om deu voler,

E so c’om li deveda, fai.

Chazutz sui en mala merce,

Et ai be faih co.l fols en pon!

E no sai per que m’esdeve,

Mas car trop puyei contra mon.

 

Merces es perduda, per ver,

Et eu non o saubi anc mai,

Car cilh qui plus en degr’aver,

No.n a ges, et on la querrai

A can mal sembla, qui la ve,

Qued aquest chaitiu deziron

Que ja ses leis non aura be,

Laisse morrir, que no l.aon

 

Pus ab midons no.m pot valer

Precs ni merces ni.l dreihz qu’eu ai,

Ni a leis no ven a plazer

Qu’eu l’am, ja mais no.lh o dirai.

Aissi.m part de leis e.m recre!

Mort m’a, e per mort li respon ,

E vau m’en, pus ilh no.m rete,

Chaitius, en issilh, no sai on.

 

Tristans, ges no.n auretz de me,

Qu’eu m’en vau, chaitius, no sai on.

De chantar me gic e.m recre,

E de joi e d’amor m’escon.

Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box